Transmissions : nouvel album d’A.P. Witomski


AP Witomski Transmission

La rondelle est dans la machine. J’appuie sur play. Je tourne la molette du son dans le sens qui embête mes voisins. C’est parti, sans même l’avoir voulu, l’immatérielle consistance rentre dans mes oreilles avec une agilité ondulatoire suspicieuse. En termes cliniques : elle se transmet. À peine les tympans effleurés que l’ambiance s’est imprimée. Le secret de cette transmission ?

C’est d’abord l’élan du présent, le grain du passé. Il faut être agile pour aller puiser dans les strates sonologiques de l’histoire musicale. Une gymnastique que APW connaît bien, pas de traces de rouille. On dit souvent que les albums réussis ont des empruntes du passé mais qu’ils les dépassent par une création substantielle, quelque chose de neuf. C’est sûrement ce qui explique ce cas clinique de transmission quasi-spontané, cette métaphore virale.

» La suite !



OK @ La Péniche (12.03.2012)


Lundi soir, la tournée du groupe OK passait par Lille. Nos projets grandiloquents de retour à La Péniche ayant capoté — je vous passe les détails sordides — c’est l’excellente agence locale Ah Bon ? qui s’est chargée de dégoter une date au trio symétrique. Thank God.

Ç’avait beau être un lundi soir, il y avait du monde près de la Deûle. Était-ce avant tout pour découvrir sur scène Persian Rabbit ? Peut-être bien.

Supergroupe lillois, avec des musiciens très appliqués, très concentrés, et surtout très concernés par le chant de leur frontman Sushi (de feu White Loose Woman, nous devons le rappeler). En même temps, comment ne pas se sentir concerné par le chant de Sushi, hé ? Il ne semble avoir peur de rien, certainement pas d’écarter trop grand les mâchoires. Son corps a beau toujours tressailler de douleur, dirait-on, je ne l’ai jamais entendu chanter aussi bien. Envoûtant dès les premières secondes, le concert laissait présager un bel avenir pour ce nouveau projet.

OK venait présenter son nouvel EP, Wet. Sapé classe, barbe magistrale, Guillaume Magne était un peu le roi du monde au milieu de ses deux batteurs.

OK à la Péniche le 12 mars 2012

» La suite !



Fiodor Dream Dog


La chanson honteuse que tu chantes sous la douche ?

« La Vie Par Procuration », de Jean Jacques Goldman

Le dernier rêve dont tu te souviens ?

J’étais hier avec Bertrand Belin alors je le lui ai raconté… J’ai rêvé que j’étais à l’hôtel et que je descendais prendre mon petit déjeuner, et là se trouvaient les membres du groupe. Je leur disais « Ah c’est drôle, j’ai fait un rêve politique ». Je citais des membres du gouvernement, et je racontais : « là, ils disaient ça… » Du coup ça produisait un effet, moi je me liquéfiais complètement, je ressentais comme des matières vraiment visqueuses, tout se mettait à couler, dégouliner, et Bertrand dans mon rêve me disait : « mais ce n’est pas un rêve politique, ça, c’est un rêve érotique ». Et je lui disais « Non non, pas du tout », et plus j’argumentais, plus c’était des trucs de cul dégueulasses, et tout le monde me disait « mais c’est pas grave, tu peux nous le dire, y’a pas de problème », et moi je ne comprenais pas en quoi ce n’était pas un rêve politique.

Donc tu rêvais que tu leur racontais ton rêve, et ensuite tu es descendue effectivement et tu leur as raconté ton rêve…

Du coup je leur ai raconté l’abîme de ce rêve…

Wow… Et maintenant, tu nous racontes que tu leur as raconté …

Exactement, ça fait un peu l’image de la Vache Qui Rit…

Mise en abîme incroyable!

Les boucles d’oreille de la Vache Qui Rit.

Une bonne Vache qui rit

» La suite !



AC/DC / High Voltage (1976)


acdc high voltage

Le premier album d’AC/DC, un vrai joyau de rock’n’roll. La vidéo ci-dessous est particulièrement splendide, c’est le titre d’ouverture de l’album.

Je me dis régulièrement qu’AC/DC est le meilleur groupe de rock. Ces mecs ont la foi. Quelle idée, ce T-shirt de Superman ! Et cet acolyte guitariste/mascotte déguisé en écolier ! 10, 20, 30, bientôt 40 ans plus tard c’est toujours un standard. Le son de la guitare de Malcom, c’est de la folie, ça m’excite totalement. Celle d’Angus, c’est tout aussi incroyable. C’est habité comme rarement (le petit mec a 17 ans sur cet album ; durant certaines phases, on croirait entendre un bluesman de 60 ans). Phil Rudd a un son et un tempo taillés dans un rocher et Bon Scott chante terrible.

» La suite !



WOODEN SHJIPS / West (2011)


Wooden Shjips West

Un autre disque produit par Sonic Boom [cf. la chronique de Tomboy (Panda Bear)]. Ici cela paraît davantage logique. West est un concentré de rock répétitif et atmosphérique – on peut peut-être bien dire « psyché » – un peu dans la lignée des disques de Spacemen 3, en plus accessible. Rien de vraiment révolutionnaire dans cet album : sur chaque chanson une rythmique simple et régulière, des grosses guitares saturées, un thème simple et des nappes de Fuzz ou de clavier. Mais les musiciens ont trouvé un bon équilibre sur ce disque-là. Souvent, quand une musique répétitive fonctionne, comme c’est le cas ici, ça me plait bien. Je me rends compte que, consciemment ou pas, la plupart du temps, quel que soit le style, c’est la répétition qui retient mon attention.

par Julien Harpagès

» La suite !



L’Objet


L'Objet par Camille Wintrebert pour Subjective

 par Camille Wintrebert

» La suite !



Retour de soirée : Wolves & Moons + Isaac Delusion + L’Objet (International, 01.03.2012)


Jeudi soir, on reprenait les soirées Subjective Live! avec un très, très beau plateau, pour une soirée d’Hiver comme une longue montée d’ivresse, dans l’International plein à craquer.

L'International 1er mars 2012

On a commencé enveloppés dans les douces mélodies de Wolves & Moons, avec l’impression d’être au coin du feu avec des vieux copains, un verre de bon whisky à la main. Des crépitements dans les yeux, le goût du bois sur la langue, et l’envie de sortir dans la neige, hurler à la lune. Juste l’envie, parce qu’on aimerait rester longtemps là, emmitouflés. Quand ça s’arrête, on a déjà un peu la tête qui tourne.

» La suite !

</