Nicolas Paugam et la Souterraine


Nous n’aurions jamais eu vent des compositions de Nicolas Paugam si ce n’était par l’entremise du best-of qu’a produit la Souterraine. Laurent Bajon, son co-fondateur, nous avait parlé de sa rencontre avec Nicolas Paugam. Cette fois-ci, c’est Nicolas Pagam qui nous explique sa rencontre avec La Souterraine.

Comment s’est passée ta rencontre avec l’équipe de La Souterraine / Mostla Records ?

J’ai envoyé mon disque Le Col du Galibier à Benjamin Caschera et à Laurent Bajon, ce dernier connaissait déjà mon travail depuis Lithium (ndlr : label qui produisit les albums de Da Capo, premier projet de Nicolas Paugam). Ils ont aimé. Je n’avais jamais entendu parlé de La Souterraine.

Pourquoi avoir appelé cette compilation Aqua Mostlae ?

Nous avons cherché avec une amie : il fallait respecter le cahier des charges avec l’utilisation du terme « Mostla » dans le titre. De plus, l’idée de l’eau s’est imposée pour deux raisons : d’une part, l’eau est présente tant dans mes textes que dans mes clips ; d’autre part, comme l’eau d’un parfum c’est-à-dire l’extrait dilué d’un parfum (qui serait l’ensemble des albums dont sont issues les chansons sélectionnées par La Souterraine). Enfin, le latin parce qu’il est la langue-mère qui résume mes influences musicales. Et elle a trouvé ce titre, cette latine !

» La suite !



NICOLAS PAUGAM


Notre focus consacré à Nicolas Paugam continue, cette fois-ci avec une interview où l’on éclaircit quelques questions qui demeuraient en suspens au sujet de son passé de musicien jazz, de son amour pour la musique Brésilienne, des origines littéraires de ses textes, du devenir de Da Capo, son premier projet…   Le « Qui c’est celui-là » qui lui fût attribué n’aura désormais plus le même sens.

Tu as un parcours assez long, peux-tu nous dire quand as-tu commencé à jouer et à composer ?

J’ai commencé la musique à 18 ans, et ai composé vers 20.

Da Capo a eu son petit succès. Que s’est-il passé par la suite ? Où en est le projet ?

Nous avons fait notre quatrième album en 2013. Le groupe existe toujours mais vit dans l’ombre. Je ne m’en occupe plus : j’ai fini par trouver mon propre univers très différent de celui de Da Capo, c’est mon frère qui gère, et les concerts et les compositions.

Da Capo était signé chez Lithium Records, qui avait pas mal fait bouger les lignes de la pop indé française. Que t’a apporté cette expérience ? Quelles étaient les influences et les points de ralliement qui reliaient les différents groupes signés sur le label ?

Nous étions très différents des autres sorties du label puisque nous chantions en anglais. Ce qui prouve que ce label -et son fondateur Vincent Chauvier- n’avait pas de chapelle et se moquait du qu’en dira-t-on. Il avait aussi une grande culture, cela collait bien entre nous. Il nous avait déjà repérés en 1992 alors que nous commencions à peine. Et puis, signer un groupe après avoir reçu une cassette du Puy-en-Velay, il fallait le faire !! ça ne se voit plus aujourd’hui…. Si, il y a tout de même La Souterraine.

» La suite !



L’Amusie


van-morrison-astral-weeks

Où en étions-nous ? Ah oui, Le chanteur Irlandais Van Morrison réalise en 68 ce qui est considéré aujourd’hui comme son chef d’œuvre, Astral Weeks. Pourquoi ce disque est une perle ? parce que l’Irlandais se met volontairement en difficulté, poussant la musique vers des sommets de feeling encore rarement atteints. Cela, grâce à un nouveau groupe qui n’en est pas un puisque « ils ne se parlent pas », et sont embauchés au titre de « requins de studio », mais qui font tout de même partie du gratin des jazzmen de l’époque , rien que ça ! Alors, pourquoi notre ami « qui n’en est pas un », Van Morrison, ne réitère pas cette expérience sonore exceptionnelle ? et bien, chers lecteurs, je n’en sais rien ! et oui rien ! Je vais seulement me contenter d’émettre des hypothèses.

Primo/ Big bang ! Parce qu’il n’aime pas ce disque . Bien sûr, ce disque reçut à l’époque tous les éloges qu’il mérite, ce qui dût flatter le grand Van, mais ne pensait-il pas déjà comme tout bon compositeur qui se respecte, qu’il allait faire mieux au prochain ? ( ce qui finalement serait logique dans un monde mieux fait). Nous irions de disque en disque pour finir de chef d’œuvre en chef d’œuvre mais je m’égare. Par ailleurs, ce disque est considéré comme son chef d’œuvre parce que nous avons maintenant la vision de son œuvre a posteriori, lui ne l’avait bien évidemment pas… et puis il y a Moondance, le suivant, qui est tout de même très bon… Bref, Van ne se rend pas compte qu’il tient là son meilleur disque et encore moins que c’est en grande partie grâce à la qualité des musiciens mercenaires qu’il a embauchés. Mais pourquoi le temps passant, ne renouvelle-t-il pas l’expérience ?

» La suite !



Nicolas Paugam : Django à Rio


C’est un lieu commun dans les quelques chroniques consacrées aux travaux de Nicolas Paugam : les influences qui traversent ses compositions sont nombreuses, mais surtout, les assembler semble difficile au premier abord. Auriez-vous pensé que la musique brésilienne (Música Popular Brasileira), la chanson française, la pop anglo-saxonne et le jazz manouche s’uniraient pour créer une nouvelle espèce musicale limpide, exigeante et pourtant pop ?

Nous avons demandé à Nicolas Paugam de nous préparer une playlist, et nous l’avons fait en lui laissant carte blanche. Le résultat est frappant : les morceaux qu’il a choisis sont comme des fragments de l’identité musicale de son œuvre, des révérences tirées aux artistes qu’il adule et qui ont nourri ses propres compositions.

Nicolas Paugam pour Subjective by Subjective_Music on Mixcloud

» La suite !



Gulcher : Cocktails


Le 30 juin dernier sortait le nouvel album de Gulcher, soit le premier de la nouvelle formation, et le second de l’ancienne. Vous me suivez ? En tout cas, ce jour-là, à la fin juin, au début de l’été, dans l’insouciance – ou plutôt l’inconscience – la plus totale, alors qu’on préparait bien gentiment notre valise pour partir en vacances chez mémé à Granville, les nouvelles recrues du label Without My Hat Records sortaient Cocktails, un album de 10 titres enregistrés…en Normandie, tiens !

Alors oui, nous avons quelques mois de retard, mais comme je confonds toujours la fête du débarquement avec l’armistice, finalement je trouve qu’on est plutôt dans les temps ! D’ailleurs, je n’envie pas ceux qui l’auraient déjà écouté 100 fois, je préfère en être à ma toute première, en ce jour d’octobre où j’ai goûté aux Cocktails de Gulcher…

Dés les premières gorgées, la machine est lancée. L’effet d’une toupie que l’on impulse, une onde vibrante non identifiée se dirige vers moi, tournant très vite et m’emportant dans un tournis qui me grise déjà. « Bird Nine » me fait l’effet d’un perroquet. La fraîcheur d’une nouvelle voix (Johan D en lead), la surprise d’un mélange des genres (d)étonnant. Une inventivité qui ne s’épuise pas depuis qu’Alexander, Alexandre et Ronan – membres du groupe depuis sa formation – jouent ensemble.

» La suite !



Ne finissez pas vos disques !


Tim Hardin

Ce n’est pas un hasard si le disque le plus réputé de van Morrison est Astral Week un de ces premiers enregistrements, datant de 1968. Van voulait alors rompre avec le rythm and blues qui l’avait pourtant rendu célèbre, pour affirmer son propre style : moyennant quoi il élargit son champ d’investigation musical en se dirigeant vers le jazz : bien lui en prit. En octobre 1968, il entre en studio avec le batteur Connie Kay, le bassiste Richard Davis, le guitariste Jay Berliner et l’arrangeur Larry Fallon. Ces quatre musiciens représentent à eux seuls la fine fleur des musiciens de jazz de l’époque, et le jazz est encore bien vivant en 68 (Monk, Mingus, Albert Ayler, Dolphy sont toujours là…).

Que ressent-t-on alors à l’écoute de ce disque ?

Le placement rythmique et les inventions mélodiques de ces quatre furieux, aussi lumineuses que chaotiques (parce que se réinventant), poussent le chanteur irlandais sur des terres qu’il ne maîtrise pas vraiment. Tandis que le contrebassiste invente des lignes de basse baroques d’une liberté époustouflante (écoutez le morceau « The Way Young Lovers Do » pour vous en convaincre), la batterie de Kay rugit de tous ses toms, à mettre le feu à quelques chansons déjà brûlantes de, par exemple… Joy division. Tout se passe comme si le chanteur cherchait systématiquement à se mettre en difficulté. Son chant n’est pas toujours juste ni parfaitement en place mais l’émotion est là. L’essentiel est là.

» La suite !



MARC DESSE


En cuir et lunettes chips, Marc Desse arpente les rues du onzième, Paris. Il s’assoit, fume une clope et reprend son chemin. Rapport photo de notre investigatrice.

Please specify a Flickr ID for this gallery

» La suite !

</